Christine Lombez

Contact

E-mail

Situation professionnelle

En poste
Ouverte aux opportunités

Portfolios

Description

La traduction d’œuvres littéraires est l’un des moyens les plus sûrs pour s’ouvrir à d’autres traditions d’écriture et faire ainsi dialoguer les cultures. Toutefois, ce dialogue peut se révéler biaisé lorsque l’activité des traducteurs se déploie dans un cadre politiquement contraint et orienté par des desseins idéologiques. Quel « Autre » importe-t-on, dans ces conditions, vers la langue-cible ? Comment, pour quel public et avec quel objectif ? La période de l’Occupation allemande en France (1940-44) cristallise de manière exemplaire ces interrogations. Les quatre années durant lesquelles la France a été soumise à la loi de l’Occupant a eu, outre d’évidentes répercussions politiques et économiques, un impact important dans la vie culturelle du pays : il s’agissait en effet pour l'Allemagne fasciste de mettre au pas la France vaincue après l’armistice de 1940 et de lui imposer un ordre nouveau fondé sur les valeurs nationales-socialistes, avec, au premier plan, et au moyen de la traduction en français, l’introduction massive d’auteurs allemands sur le marché éditorial « officiel » (contrôlé pour tout ou partie par des capitaux allemands).
De ce fait, les années d’Occupation ont vu éclore (en France, mais aussi dans d’autres pays francophones comme la Belgique) un très vif intérêt pour la pratique de la traduction littéraire ; elles ont également nourri dans la presse de tous bords de nombreux débats sur les oeuvres choisies, la manière de les traduire, les profils (parfois controversés) des traducteurs - autant de problématiques dont notre projet ambitionne de rendre compte. Il s’agira donc, en coopération avec une équipe internationale et grâce à une importante collecte de données bibliographiques encore inédites, de mettre au jour tout un pan de l’histoire littéraire française et francophone qui n’a, jusqu'à aujourd'hui, jamais fait l’objet d’une exploration systématique.

Site web